Archive pour la catégorie ‘Article/question’

Scan Angers 16.12

Samedi 15 décembre 2018

22 ème article-question (bis): Les “fonds meublés” des enluminures gothiques ?

Dimanche 9 février 2014

   Les   “Fonds Meublés”  des Enluminures gothiques

          et de la Tapisserie de l’Apocalypse d’Angers  

  

Très souvent les enluminures des manuscrits des XIIIe et XIVe siècles, ornant des lettrines ou en pleine page, ont ces fonds que l’on peut dire « meublés », des fonds entièrement couverts de motifs répétitifs en grand nombre, uniformément, fonds losangés, échiquetés, selon des réglages ou quadrillages divers superposés, toujours avec un effet optique  de remplissage  lumineux assez vertigineux. On retrouve des fonds meublés dans la tapisserie de l’Apocalypse, au moins dans la moitié des 84 panneaux qui la composent .                                                                                           

 

Les enluminures qui ont ces « fonds meublés » sont exclusivement « des enluminures  gothiques »  des XIII e et XIV e siècles   (1200 - 1400). La tapisserie de l’Apocalypse a été tissée entre 1373 et 1380

Enluminure 020

Sacramentaire à l’usage  de Senlis  - vers 1310 - Enluminure d’une Lettrine - Moïse et le serpent d’airain

 


Enluminure 020 détail( détail)

Enquête

Evocation rapide de quelques pistes  d’avant les XIII e - XIV e siècles ?

- Rôle  des  fonds en  éventails répétés et réguliers dans les parties unies des mosaïques romaines ou byzantines  (v. le chamelier - Expo. Byzance Istamboul Grd Palais )? Rien de certain .

- Influence des enluminures irlandaises et celtique VIe-XIe ? Faible.  Ces enluminures irlandaises , inspirées par les bestiaires de l’Orient ( ou des Vikings) vont surtout vers les entrelacs et les enluminures gothiques sont peu inspirées par les entrelacs.

- Influence des tapisseries (et des enluminures) coptes ? Faible. Elles ont marqué davantage les enluminures romanes .  Pas encore de tapisseries à l’époque romane  ( v. Bayeux, une broderie !).

- Peut-être la valeur souvent optique et lumineuse des “fonds meublés” est-elle redevable aux vitraux qui eux existaient déjà?

- Influence du pôle anglo-normand , des Plantagenets , du premier Angers, jusqu’au milieu du XIIIe ( Bible d’Avranches - manuscrits du  Mt St Michel): apparition de l’héraldique et des blasons avec leurs fonds souvent losangés, échiquetés ? Peut-être quelque parenté avec les fonds meublés quand ils sont plus ou moins géométriques.

- Y a-t-il quelque chose à retenir du réglage de la page par le moine copiste du scriptorium, comme conditionnement au quadrillage régulier des fonds des lettrines schéma porteur pour les fonds meublés de celles-ci ? Rien de certain, d’ailleurs le plus souvent la taille des caractères gothiques et donc du réglage des interlignes ne correspond pas à celle des carreaux de ces quadrillages préparatoires probables. (Les enluminures carolingiennes de manuscrits en belle graphie caroline qui supposaient un réglage parfait de lignes, ne comportaient pas de «  fonds meublés » ) .

- Si les enlumineurs se servaient de patrons et de modèles le réglage de la surface à enluminer permettait la reproduction et le placement, éventuellement avec réduction au format, de ces modèles aux carreaux ;  placement qui était déjà par lui-même rapide géométrie, compte et nombre, c’est à noter. En somme (?)une pratique qui pouvait conduire le copiste à meubler le fond de l’enluminure de modules répétitifs qui jouaient sur le nombre comme à l’infini .

-Retenir sûrement les influences orientales en ce temps « gothique » des principales Croisades mais sous quel rapport ? v.plus loin .

- Influence nulle, on s’en doute, des calligraphies et des décors des mosaïques islamiques .

- Les fonds meublés seraient-ils dans la filiation des fonds d’or fascinants  des icônes byzantines, qu’ils remplaçaient ? Discutable .

- On peut retenir  le goût bientôt obsessionnel en Occident pour les étoffes précieuses et leurs motifs. Jusque-là venus d’Orient  .- y compris  les soieries de Chine répandues dans tout le bassin méditerranéen par les invasions mongoles.

- ” Les fonds meublés” sont proches des tissus dans leur inspiration.  - Les fonds meublés sont un jeu sur la surface de parchemin  des enluminures très proche du jeu et des rythmes des motifs sur les tissus.

 

Valeurs expressives  des « fonds meublés »

- Valeur tapissante  qui justement indique là  une étroite parenté entre enluminures et tapisseries . Nicolas Bataille, le licier qui a tissé les tapisseries de l’Apocalypse entre 1373 et 1380 et  Hennequin de Bruges, le peintre cartonnier ( ?), étaient l’un et l’autre très près des miniatures, ils se sont inspirés des enluminures  d’un manuscrit de l’Apocalypse prêté  par Charles V à son frère Louis 1ér d’Anjou pour lui permettre de faire  réaliser « son beau tapis ».

- Les fonds meublés seront mis en cause dès que la perspective commencera à vraiment entrer en jeu  dans les miniatures (1), ainsi qu’ombres et lumières, dès le XV e  sous l’influence de l’Italie. C’est l’or et les couleurs qui font la lumière pratiquement sans ombres des enluminures gothiques.- Les fonds meublés passent aisément des enluminures des livres aux grandes tapisseries ; sans doute les petites dimensions des enluminures y gagnaient-elles quelque chose de compatible avec le mural et le monumental : du monumental en miniature .- Les fonds meublés établissent toujours répétitivement l’équivalent d’un réseau de motifs sans lacune, ils sont pleins, complets, et ils introduisent dans le format bien circonscrit de la lettrine ou de la page du manuscrit un sentiment de propagation illimitée presque jusqu’au vertige, ils assurent même dans le très réduit un approfondissement optique de l’espace.

- Tout cela parce qu’ils font parler le nombre derrière les personnages, en  impliquant le plus souvent un encadrement qui les situe toujours plus ou moins dans  un intérieur. A cet encadrement conviennent particulièrement des détails  d’architecture gothique.

(1) - Dans les enluminures il y a seulement,  même au XV e, des perspectives par morceaux et des visées plurilatérales. 

Copie de 36

Tapisseries de l’Apocalypse d’Angers 1373 - 1380 - St Michel et ses anges terrassant le dragon

- Quand ces fonds meublés interviennent sur le grand format des tapisseries , la situation  s’inverse, ils s’expriment comme un extérieur, mais lui aussi comme insondable sinon vertigineux . C’est particulièrement vrai pour le fond losangé du St Michel et  pour tous les autres panneaux de l’Apocalypse qui comportent également des fonds meublés. Alors rien ne convient mieux pour l’Apôtre Jean qui rend compte de sa «Vision », que d’être extrait de cet « extérieur » et être de nombreuses fois retenu dans « un intérieur » que lui ménage sa guérite d’observation d’architecture d’un gothique très pur.

-  Dans les enluminures des manuscrits les motifs répétitifs innombrables des fonds meublés, qu’ils dépendent  d’un seul ou de plusieurs champs de motifs différents, entreront bientôt en relais presque télescopiques avec les motifs dont sont couverts les vêtements des grands personnages représentés, - exemple le plus remarquable les fleurs de lys des manteaux des personnages royaux de France . Et l’espace, pourtant de dimensions très réduites dans les pages des manuscrits,  s’en trouve encore démultiplié, libre de passer par ces fonds à motifs « numériques », des vêtements aux dais , aux tentures, eux-mêmes couverts de motifs  ou à l’inverse  par retour du regard  . Vers la fin du XIVe siècle les enluminures gothiques évoluent nettement dans ce sens.

IRHT 0541IRTH 0856

- Deux enluminures gothiques tardives - v. 1414, St Louis, Bréviaire à l’usage de Paris -  et  Chronique de Burgos. 

(cliquer sur les mages pour les agrandir)

- Une étonnante force de présence, une étonnante vivacité des gestes et des attitudes des personnages représentés qui apparaissent devant ces fonds meublés, c’est ce qui peut le plus nous retenir aujourd’hui. Cette remarquable animation optique tient tout entière  à la frappante rupture d’échelles qui intervient dans la plupart des cas entre l’échelle des personnages, de leur visages, éventuellement couronne en tête, parfaitement différenciés dans leurs gestes et leurs attitudes , et l’échelle  brusquement beaucoup plus petite le plus souvent des modules-motifs  du fond meublé, lesquels  s’épandent  le plus souvent tout à fait uniformément en nappe innombrable. Cette rupture d’échelle exerce un véritable pouvoir de fascination qui capte toujours l’attention. Ces « fonds meublés » écartent tout détail hors sujet, Ils disent tout en ne disant rien,  ils créent toute l’ambiance à eux seuls,  une ambiance intense  sur mesure  qui focalise l’attention sur les faits et gestes des personnages, au service de la plus grande ferveur.

Enluminure 029

 Sacramentaire à l’usage de Senlis - vers 1310 - Le couronnement de la Vierge (détail)

Ces Fonds meublés, une énigme du nombre? - d’abord une ferveur .

Ils sont assurément l’indication d’un penchant très marqué, d’une habitude quasi naturelle de la sensibilité médiévale , gothique en l’occurrence, pour la lecture et l’expression du réel et des latitudes de l’imagination  par le nombre, plurilatéral, même polyvalent, supposant toujours l’illimité . Le nombre est évidemment toujours proche de ce que nous appelons aujourd’hui  le « numérique » . On remarquera  que ces fonds meublés « numérisés » sont très rares dans les fresques ou les peintures sur panneaux d’Italie des mêmes XIIIe-XIVe siècles . Ils valaient seulement plus au Nord.

Mais alors quelle était l’origine, au moins le sens de ce penchant très marqué pour « le nombre »; lequel est en passe de se retrouver aujourd’hui en bonne place avec le numérique parmi  les nouvelles habitudes de nos sensibilités ? Il faut rappeler qu’ à l’époque  le compte était encore malaisé (au mieux au moyen de l’abaque) Ce nest paradoxal qu’en apparence . Souvent c’est «  en attente » d’un moyen nouveau plus aisé que le désir en est le plus fort, il se manifeste autrement, «  à côté » du manque …

Enluminure 045  Arbre d’affinités - Droit canon : Suma aurea - v.1315 - miniature en pleine page

Quels étaient aux temps gothiques les plus hauts exercices de mesures et de comptes ? Certainement   l’architecture des Cathédrales. Comment  Bréviaires ou Evangéliaires ouverts sur le lutrin au chœur de la cathédrale pouvaient-ils s’assortir aux proportions de l’immense nef autrement que par « le Nombre » régissant les fonds meublés de leurs enluminures encadrés de détails architecturaux ? Ainsi se portant  à la dimension du ciel, en élévation, avec tout l’élancement de la cathédrale et de tout  l’art gothique .

Ces fonds meublés « numérisés » deviennent rares et bientôt disparaissent des miniatures dès les débuts du XVe siècle, l’élan vers le ciel se trouvait dépassé par un regard plus terrestre de la réalité, y compris les personnes. Le nombre, dans une vision davantage soucieuse de ressembler à ce qu’on voit, se trouvait dès lors reporté et retenu dans la figuration des tissus somptueux dont étaient revêtus les grands personnages. Dans la peinture, déjà gagnante, la figuration remarquablement soignée de leurs motifs souvent en champs multiples rejoignait d’ailleurs la reproduction dans un décompte extrêmement précis, de toutes herbes, de toutes fleurs, même les plus menues, de toutes feuilles dans les buissons dans l’environnement des personnages sacrés, pour se retrouver comme principale ornementation dans les enluminures dans les larges bordures de leurs encadrements tandis que  les fonds meublés y comptent alors beaucoup moins .

Quelle attente avait cessé, quelle ferveur, quel désir s’affaiblissaient-ils ? Moins peut-être  celui du ciel, que le désir  des   merveilles d’ici-bas, de de l’Orient en particulier,  qui avaient pu susciter déjà deux siècles plus tôt la convoitise des Croisés . Surtout ces merveilles (hors de portée désormais sauf pour les cités maritimes et marchandes d’Italie) étaient - elles avantageusement  remplacées au XV e siècle par les tissages de Florence, Lucques ou Venise,  l’Italie était capable de produire elle-même (c’était vrai  dès le XIIIe siècle) et d’exporter vers le Nord, royaume de France et Flandres, pays des enluminures  et des tapisseries, d’aussi précieux tissus à motifs, soieries et velours, objets de tous les désirs des princes . Quelle incapacité s’exprimait là enceinte d’un autre désir ? Certainement le rêve n’était plus le même, plus humaniste désormais.

 

Patrice Hugues

 

26ème Article - Pourquoi je suis contre

Vendredi 23 novembre 2012


Contre une Loi admettant le mariage homosexuel et l’adoption des enfants par des couples homosexuels

         Voici en résumé pourquoi  je suis contre

…contre l’adoption d’une loi admettant le mariage homosexuel et l’adoption des enfants par des couples homosexuels ; contre la suppression des termes de « père » et « mère » pour l’état civil : à la place  seulement des « parents » et « mariage pour tous » et non plus mariage entre un homme et une femme!

A chacun son point de vue      mais                                                   A chacun de bien réfléchir

Mariage, ce n’est pas le fond du problème. Il s’agit de bien plus que de l’élargissement d’un principe républicain, l’égalité invoquée ici sonne faux. Il s’agit d’un problème de civilisation.

On est bien au-delà d’un problème politique de l’heure même posé  comme une urgence.

On est bien loin et bien au-delà des problèmes du présent immédiat des homosexuels  qu’il ne s’agit pas du tout de condamner mais qu’il ne s’agit pas non plus de promouvoir.

On est bien loin et bien au-delà des implications « sociétales » tout à fait à court terme avec quoi on pense avoir envisagé tout l’enjeu. Il s’agit d’un problème de civilisation, qui implique biologie, anthropologie, évolution bien au-delà du jeu politique : même les principes républicains (Liberté, égalité…) sont à peine dans le champ.

Le plus grave est l’irresponsabilité  politique et culturelle qui s’apprête à faire voter  une loi qui met en cause sans s’en  rendre compte,  sans appeler suffisamment  à la réflexion,  l’espèce humaine, dans sa nature même, telle qu’elle s’est  constituée tout au long de son évolution et qui mérite bien plus de respect, en particulier la procréation sexuée dans le couple d’où procède pour une grande part l’immense diversité des individus  ;  une loi  qui met en cause avec  le socle  fondamental des civilisations  les mœurs, les structures physiques et morales des mentalités, les objectifs des sciences, le respect des objectifs et des besoins de la masse des individus dans leur vie en société….

Quelle civilisation a trouvé nécessaire de légiférer pour l’homosexualité ?  Pas même celles qui étaient les plus tolérantes à ce sujet, la civilisation grecque en particulier ?  Pourquoi, dans ces pays riches dont nous sommes,  des lois sur l’homosexualité? Il ne suffit pas d’avoir des exemples  d’autres pays riches. Les menaces qui pèsent sur l’avenir humain  n’ont rien qui puisse être conjuré dans cette focalisation démesurée sur le sujet par une loi. On croit qu’on peut se permettre ce luxe, cette gratuité .

Autres choses sont tous les aménagements nécessaires pour  la plus large tolérance avec peut-être des règles codifiées mais sans loi ni institutionnalisation autour d’une minorité.

Quand on sait que pour 50 % d l’humanité, pour les femmes, tout est loin d’être inscrit dans la loi!

On a vraiment beaucoup mieux à faire que de se focaliser sur une loi pour les homosexuels.  Ce qui passe bien avant? S’efforcer de régler les problèmes du chômage, du pouvoir d’achat,  du logement …. les problèmes sociaux les plus graves, y compris lutter contre l’aggravation des inégalités  …

Comment, au lieu de ça, on substitue au social le « sociétal » !

Comment derrière ces campagnes pour “les genres“  plutôt que la différence entre les deux sexes , on est en fait   dans l’accompagnement de la  guerre  des sexes,  on veut esquiver  pour soi- même la difficulté certainement bien réelle de la vie en couple hétérosexuel qui est pourtant anthropologiquement dans les conditions les plus générales  la  meilleure garantie dans la durée pour l’enfant , la seule assurance que lui soit donnée les exemples mixtes qui lui sont nécessaires  pour sa vie à venir .

Question de civilisation : L‘un des objectifs principaux pour que la civilisation  soit capable  de faire face aux menaces les plus graves qui pèsent sur le devenir de l’espèce humaine, est de favoriser une relation   d’équilibre véritable  entre Femme et Homme.  Une nouvelle cohérence d’ensemble   passe certainement par là et absolument pas par la  guerre des sexes à laquelle on assiste souvent . C’est le vrai problème  civilisationnel d’égalité de fond ; lequel équilibre, que l’humanité n’a jamais connu , alors  que la dominance masculine persiste, devrait , doit être au centre de la morale ; pour qu’en même temps s’ouvre toutes les perspectives d’une reconnaissance de l’intégration organique de ce qui est corps et de ce qui est esprit, sans garder éternellement  l’opposition entre  les deux, derrière quoi on retrouve toujours, dans presque toutes les civilisations,  y compris la nôtre, l’asservissement des femmes .

Qu’on y réfléchisse, on est là bien loin de l’acte irresponsable en quoi consisterait l’adoption d ‘une loi  légalisant l’homoparentalité et l’adoption par des couples homosexuels !  « L’enfant de civilisation» n’en serait sûrement pas le centre !

IMAC - PMA - L’IMmAculée Conception a été dans la religion monothéiste chrétienne le mystère de l’Incarnation, la Vierge enceinte sans père biologique, sans accouplement sexuel mais par le fait de Dieu (Annonciation…) ; - A vrai dire une combinaison bien bizarre esquivant complètement le problème de la relation Homme/Femme. Il fallait là Dieu-Le Verbe, côté Esprit  et la femme, côté Corps : à titre tout à fait exceptionnel  esprit et corps se  sont trouvés réunis dans le Fils, le Christ, le Verbe qui s’est fait Chair.

Dans le couple homosexuel qui recourt à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) le problème de la relation Homme/Femme est délibérément évacué  et à la place de Dieu, intervient un donneur anonyme ! Ce n’est  pas vraiment mieux ! C’est une combinaison encore bien plus bizarre pour aboutir à l’Incarnation, à l’enfant , par rapport à la nature et complètement « sans religion » vis-à-vis de l’enfant ! A la place la piètre religion de l’exclusion aussi complète que possible d’un sexe par l’autre.  Avec ça une fausse apparence de concours à égalité entre les deux sexes, avec l’argument de la « différence » d’orientation sexuelle librement choisie, « différence »  qui en réalité ne fait que ramener «  le même vers le même », c’est la définition même de l’  homosexualité dans l’acte d’incarnation. Au total aucun progrès vers l’intégration Corps/ Esprit, vers la fin d’un dualisme qui encombre toujours les chemins de la connaissance.
Patrice Hugues 

25 ème article - Entre concret et abstrait - octobre 2012

Jeudi 1 novembre 2012

Comme le tissu”

- Modification radicale du rapport entre concret et abstrait  dans un monde désormais immergé dans la technologie, on peut même  dire submergé par la  technologie.  L’essentiel  est aujourd’hui sous dominance technologique. Les dominances spirituelles et purement intellectuelles de « la Culture » perdent de leur pouvoir. (A la place, le numérique, l’électronique, l’ambiguïté d’échelle …).

On a le plus souvent sous les yeux avec les objets technologiques, une composition indissociable de concret et d’abstrait que l’on peut assimiler à la technologie elle-même.

L’univers technologique procède pour une large part d’approches abstraites, de calculs, de raisonnements mathématiques mais aussi d’expérimentations et d’applications concrètes, il n’existe que par les produits et objets tout à fait concrets qu’il met en service .

On est ici très près du tissu :  le tissu  s’offre au  toucher concret et  en même temps la structure tissée  rigoureusement comptée, numérisée, relève d’une opération mentale  abstraite; … c’est du même genre.

Le nouveau rapport qui s’établit entre « concret et abstrait » s’accorde avec  les modalités Multiprises qu’implique le monde technologique.  Ce monde technologique est un magma  au contexte « multiprise » à la fois uniformisant et différencié dont nos facultés habituelles d’abstraction ne parviennent pas à se dégager ni à dégager des concepts philosophiques. Dans ce monde ces facultés d’abstraction sont inaptes, s’abolissent,  se perdent… et les mots s’usent. Il n’en reste que les bases scientifiques et les mots techniques. Ce monde n’est ni seulement abstrait ni seulement concret. Entre les deux , en informatique est venu se placer « le Virtuel » mais parler « d’immatériel » déforme la réalité ; c’est ne pas avoir en tête que la domestication des électrons qui permet beaucoup de ces technologies relève de la pure Physique de la Matière ; c’est seulement qu’il s’agit là de réalités matérielles hors de la portée de nos sens, imperceptibles en direct .

Cette modification profonde du rapport entre abstrait et concret du fait de la dominance des technologies qui s‘établit à présent  se retrouve avec évidence dans l’inaptitude des mots retenus en informatique pour désigner les moyens et signifier les fonctionnements : ils ne sont ni vraiment abstraits ni vraiment concrets mais mi abstraits mi concrets . Témoins les exemples suivants : Navigateur, portail, fournisseur d’accès, serveur, moteur de recherche …identifiant de connexion … mode intuitif … Dans leur emploi, ces mots traduits de l’anglais, on l’a vu, n’ont plus de rapport d’intelligibilité avec leur étymologie gréco latine. Cette modification du rapport entre abstrait et concret c’est aussi l’un des fondements du pragmatisme anglo-saxon. ( Il n’est pas dit que toute la planète endosse sans résistance ces modalités verbales, souvent ambigües et imprécises, générées par le monde des technologies)

Le contexte de l’activité mentale est maintenant tellement technologique (et Multiprise) qu’il est impossible aux concepts de s’en détacher pour pouvoir généraliser selon nos habituels processus d’abstraction . Témoins la confusion actuelle entre concept abstrait ou philosophique et  concept ” design”, et le glissement de l’un à l’autre , sans qu’on y prenne garde .  Le Multiprise n’est pas par soi-même une faculté de généralisation et  d’abstraction.

On n’ imagine même pas le temps qu’il faudra à l’esprit, à la pensée, pour  établir sa maîtrise sur cet univers technologique. S’il devait un jour en être capable, c’est que  ce monde qui n’est ni abstrait ni seulement concret serait perçu comme un  organisme (dont toutes les fonctions, tous les organes sont en interaction permanente). Le Multiprise ouvre des voies dans ce sens. (1)*

*(1)- l’Art conceptuel est à la charnière entre concret et abstrait dans leur nouveaux rapports sous dominance technologique.  Il est bien entre concept philosophique (idée) et concept design( réalisation) mais cette position est périlleuse et forcément instable .

La pensée verbale n’a pas cette dimension,  elle-même s’use à chercher vainement à l’acquérir, à prendre cette dimension,  sans trouver d’équivalents. Le Multiprise la met  peut- être sur la voie. Mais sans doute plus pour un étalage, une reconnaissance, un recensement, une tabulation …technologique. Une conscience avec ça ?

Quelle forme de conscience ? Que devient la conscience ? Une conscience dispersée, une somme de connaissances technologiques  très propices aux emplois et glissements publicitaires de la communication avec quoi tout peut déboucher sur le vide et même choir dans le vide

Sans possibilité aucune d’une véritable cohérence de la conscience, interviennent alors des figures de substitution. Celles-ci sont toujours un appel et signalent en général un manque.

Patrice Hugues

24 ème article - Les plis et les fils du tissu - (décembre 2011)

Vendredi 2 décembre 2011

Les plis et les fils du tissu

(Sur ce thème se trouvent ici regroupés deux extraits du Cahier I -4 publié en 2000. - (I) D’abord  il s’agit d’une charge  contre les nuisances actuelles de la pensée métaphysique : à partir des plis du tissu et des fils du tissu, une gageure !  - (II)  Dans le second extrait deux enjeux majeurs de civilisation viennent prendre le relais - Tissu et Miroir - entre l’Orient et l’Occident, l’un misé bien davantage par l’Occident, le Miroir, l’autre, le Tissu, bien davantage prisé et misé par la Chine et tout l’Orient.

 

 

I - LES PLIS ET LES FILS DU TISSU

- QUAND LA PHILOSOPHIE S’OCCUPE DU PLI

 

A simplement considérer de près les fils du tissu dans les plis qu’il forme, à les prendre enfin en compte, ces fils innombrables - dans leurs croisures et courbures d’où naissent précisément les plis du tissu -, on a toute chance d’éprouver que la traîne métaphysique de la philosophie est en train de s’effilocher .

Le croirait-on : l’effet peut être radical et, à proprement parler, renversant . C’est qu’aussitôt changent de sens certains signes de base intervenant dans notre vie et dans la pensée ; c’est que certaines options de civilisation de l’Occident se trouvent alors mises en bascule .

 

Aussi souvent qu’il le faut, G.Deleuze, quand il suit Leibniz à propos du Pli, dans ses approches du”lieu de l’âme”, le suit au plus prés par les voies de l’abstraction que le philosophe emprunte couramment, en particulier au plus prés de la voie des mathématiques,- bien au delà de la tunique et de ses plis concrets de tissus .

 

 Mes images Le PLi 2

 

 

 

Le Pli :

I) Une infinité de courbes, à variations homéomorphes, qui se touchent.

II) Dans les courbes du pli :

A - Point d’inflexion If ,   et d’autre part points physiques et points mathématiques ou de position a1, a2 ...a1, a2….; les uns et les autres situables, calculables (accessibles par le calcul infinitésimal).

B - Passage de la courbure variable au foyer de courbure, de l’inflexion à l’inclusion ; calcul porté à la limite : déjà l’inflexion n’admet de tangente en aucun de ses points .

 C - Point métaphysique - point d’inclusion  IM : dont le calcul ne  saurait rendre raison (1), point illocalisable, sans situation définissable mathématiquement ; sans mesure exactement possible . “Sous clôture”, dans la concavité du pli . Lieu de l’âme (2).

_________________

(1) - Du moins les moyens de calcul de l’époque, même les plus avancés .
(2) - G. Deleuze, Le Pli, Leibniz et le baroque, ch. 2 - p.24,37, ch.3 - p.38,54 et ch.4 - p. 69 : ”L’inclusion du monde dans la monade est bien unilatérale mais illocalisable . Elle n’est pas localisable “à la limite” puisque la limite est hors de la monade” .

 

Ce suivi au plus près laisse une impression étrange :

- Comme si Leibniz eût été incapable, à partir du moment où il s’occupe du Pli (”comme dans la tunique”), de trouver un autre chemin que la voie du calcul porté à ses limites, pour achever de reconnaître là, dans Pli et Entrepli, le lien métaphysique entre corps et âme.

- Comme si Leibniz eût été empêché de voir, de remarquer dans  le tissu de la tunique les fils qui le constituent : courbes innombrables des fils à variations homéomorphes(en deux catégories : 1 - ceux de la chaîne, 2 - ceux de la trame) qui se touchent …

- Comme si Leibniz, retenu par sa vision métaphysique et sa foi en Dieu, eût été incapable de trouver aussi son chemin par les voies de la sensibilité, en s’aidant de la réalité physique concrète de l’objet fait de tissu qu’est la tunique formant ses plis; y compris en reconnaissant les fils constituant la structure de ce tissu .

 Le fait est qu’il en fut ainsi.

A l’époque de Leibniz, les choses pouvaient-elles se passer autrement? Aspiration à la transcendance s’accompagnant d’ un “décollage mathématique” obligé .

D’autant plus qu’en Occident il y avait eu sûrement le fait et aussi probablement le sentiment d’un grand retard sous le rapport des nombres et du calcul, jusqu’aux XVIé-XVIIé siècles, à comparer avec ce qui était venu de l’Inde et du monde arabe antérieurement, tout cela au delà de la géométrie et de l’héritage de la Grèce .

L’exemple concret des plis de tissu de la tunique et ceux des drapés : Leibniz admet implicitement ces suggestions à partir de la réalité des choses, des objets comme points de départ de la pensée .

Mais vite il outrepasse et quitte ces modèles trop immédiats .

 copie de copie de R Les plis de l’immense drapé rouge au dessus de la mort de la Vierge

  R La mort de la vieerge Le Caravage (vers 1605-1606)
 Le Caravage - La mort de la Vierge (vers 1606)

Quand j’écris : “Leibniz incapable de … empêché de … voir les fils du tissu …”, ce sont là bien évidemment, de ma part, des anachronismes qui seraient choquants s’ils n’étaient pas une façon  d’être en garde, au présent. Car on peut trembler sur base devant le fait que la plupart aujourd’hui)semblent encore procéder de même : c’est à dire par des voies uniquement intellectuelles et conceptuelles vers des objectifs qui ne peuvent se séparer de la métaphysique .

Ouverture du passage . Leibniz lui-même s’y est engagé, sans doute, on peut le supposer, en raison de ses exigences “par défaut” à propos du Pli, pour surmonter l’incapacité paradoxale où il se trouvait d’en rendre compte complètement : Il s’est  engagé vers le calcul différentiel et le calcul intégral. Sans toutefois être mené par ces nouveaux moyens d’analyse, à la remise en cause de sa vision métaphysique du Pli (1).

_________________________________________

(1)Voir en effet les possibilités nouvelles d’analyse qu’apportaient déjà, à côté du calcul infinitésimal, le calcul différentiel et le calcul intégral initiés par Leibniz lui-même, en même temps que par Newton; en plus des premier pas de l’arithmétique binaire également engagés par Leibniz .

 

 Aujourd’hui d’autres outils mathématiques surviennent notamment autour des technologies numériques …. Dans tout cela, avec les données du présent, il ne s’agit jamais que de la question du changement de sens des signes et des fonctionnements de base. Aucune raison de céder au vertige devant le mouvement de bascule qui se met en branle à présent. Déstabilisation certes, mais pour de nouveaux équilibres. Il s’agit fondamentalement de “l’unité de l’être”- corps et âme ne faisant qu’un, jamais dissociés -, ce qui peut désormais s’entendre  sans aucune métaphysique, beaucoup plus directement à partir de la vie et des connaissances nouvelles qu’on en a.

C’est probablement entre les deux, entre désir et pensée, que se trouve le passage : seulement pour vivre, sans s’attarder ni au péché originel (tel qu’il est défini par l’Eglise) ni à la question désormais inutile de savoir si Dieu est mort .

(Retenir que Leibniz pour son compte n’était pas seulement un philosophe des essences et du décollage métaphysico/mathématique : cf. son intérêt pour la “Théologie naturelle des Chinois” et sa réputation de “mauvais croyant” à la fin de sa vie).
 

Aujourd’hui le tissu se retrouve une nouvelle fois au cœur des options de civilisation dans la zone où s’opèrent les bascules des cohérences d’ensemble . **Au moment où numérisation et topologie permettent désormais d’analyser complètement plis et tissus dans toutes les zones de leurs courbures : de fait capables d’analyser des surfaces courbes en constante évolution, en rapport avec la structure tissée, naturellement numérisée en binaire à partir de ses innombrables entrecroisements de fils. Capables, si la jonction parvient à s’établir avec la physique et la chimie des textiles, d’éclaircir dans le tissu son ambiguïté fondamentale,“ce mystère en lui caché”; de “démystifier” dans le pli les suggestions tendant à la transcendance et au surnaturel qu’il exprimait en peinture . Pour aller vers autre chose : vers l’Entre-deux . En reconnaissant pour ce qu’elles sont toutes les ambivalences que donne à percevoir le tissu .

A condition de comprendre d’abord et directement dans la structure tissée les fils innombrables qui s’entrecroisent et constituent précisément le tissu ; sans jamais ignorer que les plis qui se forment en lui viennent d’eux . A condition de comprendre que cette structure tissée tient toute sa souplesse de ces croisures de fils rigoureusement comptées et ordonnées qui génèrent justement ces plis imprévisibles du tissu . Selon un mode parfaitement ambivalent, parfaitement spécifique .

Assurément aujourd’hui la relation du tissu avec la matière du vivant, celle de nos tissus biologiques, est bien plus significative qu’à l’époque de Leibniz . Même s’il ne s’agit que d’une correspondance . L’approche et l’analyse des plis du tissu peuvent s’ancrer dans cette correspondance et aider ainsi la reconnaissance de l’intégration du corps et de l’âme dans le vivant .

A quelle limite s’arrêtait Leibniz ? je cite ici G. Deleuze : “Certes la matière organique esquisse déjà [pour Leibniz] une intériorisation mais relative, toujours en cours et inachevée… Si bien qu’un pli passe par le vivant mais pour répartir l’intériorité absolue de la monade comme principe métaphysique de vie, et l’extériorité infinie de la matière comme loi physique des phénomènes …”(1).

____________________

(1) - V. G.Deleuze, Le Pli - chap.3, p.39-40.

 

 

 


 II - LEIBNIZ ET LEEUWENHOECK

FIL ET OPTIQUE, TISSU ET MIROIR

 

Il s’agit d’un moment précis . A saisir dans toute sa signification .

Leibniz (1646-1716) - Leeuwenhoeck (1632-1723) : ils sont exactement contemporains . Leibniz suivait et appuyait les recherches et découvertes en biologie de Leeuwenhoeck, le premier grand “microscopiste” .

 D’un côté le philosophe-mathématicien va vers le Pli et l’Entrepli, quand il approche le lieu de l’âme et son reliement au corps . Mais à aucun moment il ne prend en considération les fils qui s’entrecroisent dans le tissu dont il admet pourtant que s’y forment mille plis qu’il met en correspondance avec les mille plis de l’âme.

De l’autre côté, à partir des loupes (les compte-fils) qui servent à compter les fils des tissus des vêtements (par exemple “ceux des tuniques”) Leeuwenhoeck met au point les premiers excellents microscopes: lesquels vont lui permettre de découvrir la formes des globules du sang, les caractères particuliers des spermatozoïdes humains, les premières bactéries (à partir de débris pris entre les dents) en parvenant à un grossissement de 250 fois . Quelques bases essentielles de la biologie future . Le premier beaupère de Leeuwenhoeck fut marchand de tissus et de vêtements . Le compte-fils était donc chez lui couramment utilisé. Le point de départ est là, pour Leeuwenhoeck . Mais il va “s’éloigner des fils et du tissu”, lui qui en était pourtant si près, si près même de tissus biologiques; et s’occuper bien davantage du polissage des lentilles de verre.

Et c’est le même temps qui voit Spinoza (1632-1677) polir lui aussi des lentilles de verre pour les instruments d’optique .

Tel était le sens du mouvement à ce moment précis, sans qu’il y ait à se demander si à l’époque il aurait pu en être autrement. .

 Comment s’expliquer autrement que ni l’un ni l’autre n’aient pris en considération, ni pris en compte les fils du tissu qu’ils avaient pourtant sous les yeux, sous la main ? C’eût été pour l’époque “passer de façon trop abrupte de l’abstrait et du spirituel à la matière; il leur était tout à fait impossible de passer du Pli métaphysique à la matière physique du tissu” .

Comment ne pas noter ici un moment suraigu de formation des options de civilisation les plus caractéristiques  de l’Occident d’après cet indice double: -a) - par inhibition vis à vis du tissu et de sa structure concrète faites de fils entrecroisés, qui lui donne sa souplesse et lui permet de produire ses plis ; tissu rabaissé au peu du corps et du toucher, fils inaperçus ; -  b) - et en sens contraire, attirance prononcée pour le verre et l’optique, comme parallèlement vers le miroir ?
 
- L’Occident a constamment privilégié le miroir (”la réflexion”), bien plus prisé que le tissu; - pour l’Orient extrême et la Chine, ça été l’inverse: tissu toujours prisé bien plus que le miroir.

 

 

Renversement

On peut parler pour les XVIe et XVIIe siècles d’un renversement métaphysique dans l’approche de Dieu par les philosophes, par rapport aux approches théologiques qui avaient eu cours exclusif jusque là . Approche nouvelle des philosophes bien plus par des voies intellectuelles et notamment par des abstraits mathématiques totalement “incorporels” . C’était celle de Descartes, Leibniz en leur temps . Mais à présent les démarches métaphysiques, celles de bien des penseurs encore aujourd’hui, qui ne savent approcher que l’ordre des essences, planant désormais par trop au dessus du vide, ne peuvent plus guère correspondre aux nouveautés de la réalité actuelle ni à venir, aux nouvelles matérialités ; ni s’engager avec elles.

Leibniz et Leeuwenhoeck avaient sous la main, sous les yeux, les fils du tissu et leur compte possible . Or l’un et l’autre se sont éloignés de ces fils .

Aujourd’hui “l’indéfinissable” valeur du tissu et du pli peut être approchée autrement : sans métaphysique ni transcendance et à l’énorme différence près qu’il n’y a plus du tout le même indiscernable .

Il faut  bien penser qu’à l’époque de l’essor des neurosciences et de la biologie moléculaire, les explorations qui refuseraient de considérer ces nouveautés sont automatiquement orientées vers l’impasse et créent seulement des leurres .

Parce que la biologie est venue en renfort du côté de la perception peau-corps-tissus-réseaux …et parce que les tissus que l’homme cherche à produire maintenant se rapprochent structurellement de certains modèles venant de la biologie, ce qui est tout à fait nouveau .

 

Remarques complémentaires

Retard pris par le microscope sur le télescope, bien au delà des 70 à 100 ans qui séparent le télescope de Galilée (1609) des premiers excellents microscopes, ceux de Leeuwenhoeck mis au point peu avant 1700 . Le télescope et ses explorations du ciel ont fait marcher plus vite nos représentations du côté du regard vers les étoiles et de l’astrophysique, en gardant une large avance qui a encore aujourd’hui son effet. Les progrès de la biologie à partir du microscope se sont faits attendre beaucoup plus longtemps avant d’intervenir dans nos représentations . Tout simplement parce qu’il ne suffisait pas de deux instruments servant, l’un comme l’autre, une perception de la réalité directement par nos sens; il y avait l’habitude régnante de voir prioritairement le ciel plutôt que de prendre en considération l’infiniment petit et les composants microscopiques de l’être vivant.

Dans l’incalculable et l’imprévisible des plis du tissu, figurés en peinture ou dans la sculpture baroque, Leibniz, si sensible à ces plis, reconnaissait y compris par les mathématiques la figure d’une présence divine et celle de l’âme . Mais cela ne valait pas prise en considération de l’intime relation que le tissu établit pourtant si spécifiquement entre ce qu’il y a de plus charnel, de plus corporel, dans son usage au contact immédiat de la peau, et ce qui le rattache à nos activités mentales (compte des fils, ordre rigoureux, logique sagace de leurs croisures dans la structure tissée) . Ce temps-là n’en décidait pas ainsi et son legs sévit encore aujourd’hui .

Leibniz s’approchant, par le moyen de concepts mathématiques, de l’infinitésimal, n’avait évidemment pas en vue pour autant - en tout cas pas dans les termes de la science biologique d’aujourd’hui - la reconnaissance des étagements du vivant, ni les problèmes d’échelle et d’ambiguïté d’échelle qui en caractérisent l’exploration .. Alors que les premiers microscopes (ceux de Leeweenoeck) ouvraient cependant juste au même moment la voie aux premières possibilités de recherches biologiques.  Et si le pli lui importait, il n’usa pas vraiment de l’offre d’accès que lui proposaient le tissu, la structure tissée avec ses échelles multiples simultanées.


S’occuper davantage du tissu aujourd’hui, cela peut se comprendre très bien comme venant dans le même temps que les progrès exceptionnels de la biologie depuis quelques décennies. A l’inverse tant qu’il n’a pas été question en biologie de progrès à un rythme aussi rapide, mais bien plus d’observations astronomiques ou physiques, il a peu été question du tissu en Occident, mais beaucoup plus question du miroir.

L’opposition tissu/miroir devient maintenant bien plus intéressante à remarquer depuis que cette extension de la connaissance du vivant ouvre jeu égal pour les deux parties, physique de la matière et biologie . Désormais l’intérêt peut passer au tissu à l’égal de celui qui a été porté au miroir depuis quatre siècles . 

Il est très remarquable que ce rééquilibrage des rôles entre tissu et miroir, intervienne en même temps qu’une meilleure approche entre Occident et Orient, Chine notamment . En même temps que s’opère bon gré mal gré la recherche de composition entre leurs différences,  s’opère très probablement ce rééquilibrage  entre l’option-miroir qui a prévalu en Occident depuis la Renaissance, et l’option-tissu qui a prévalu des siècles durant du côté de l’Orient extrême et de la Chine …


                                                                                                                                                     Patrice Hugues  

 

 

22 ème article-question : Les “fonds meublés” des enluminures gothiques ?

Lundi 7 décembre 2009

   Les   “Fonds Meublés”  des Enluminures gothiques

          et de la Tapisserie de l’Apocalypse d’Angers  

  


 

Très souvent les enluminures des manuscrits des XIIIe et XIVe siècles, ornant des lettrines ou en pleine page, ont ces fonds que l’ont peut dire « meublés », des fonds entièrement couverts de motifs répétitifs en grand nombre, uniformément, fonds losangés, échiquetés, selon des réglages ou quadrillages divers superposés, toujours avec un effet optique  de remplissage  lumineux assez vertigineux. On retrouve des fonds meublés dans la tapisserie de l’Apocalypse, au moins dans la moitié des 84 panneaux qui la composent .                                                                                           

 

Les enluminures qui ont ces « fonds meublés » sont exclusivement « les enluminures  gothiques » – XIII e et XIV e siècles   (1200 – 1400). La tapisserie de l’Apocalypse a été tissée entre 1373 et 1380

Enluminure 020


Sacramentaire à l’usage  de Senlis  – vers 1310 - Enluminure d’une Lettrine – Moïse et le serpent d’airain

 

 


Enluminure 020 détail( détail)

Enquête

Evocation rapide de quelques pistes          XIII e – XIV e siècles

 

- Rôle  des  fonds en  éventails répétés et réguliers dans les parties unies des mosaïques romaines ou byzantines  (v. le chamelier – Expo. Byzance Istamboul Grd Palais )? Rien de certain .

- Influence des enluminures irlandaises et celtique VIe-XIe ? Faible.  Ces enluminures irlandaises , inspirées par les bestiaires de l’Orient ( ou des Vikings) vont surtout vers les entrelacs et les enluminures gothiques sont peu inspirées par les entrelacs.

- Influence des tapisseries (et des enluminures) coptes ? Faible . Elles on marqué davantage les enluminures romanes .  Pas encore de tapisseries à l’époque romane  ( v. Bayeux, une broderie !).

- Peut-être la valeur souvent optique et lumineuse des”fonds meublés” est-elle redevable aux vitraux qui eux existaient déjà?

- Influence du pôle anglo–normand , des Plantagenets , du premier Angers, jusqu’au milieu du XIIIe ( Bible d’Avranches – manuscrits du  Mt St Michel): apparition de l’héraldique et des blasons avec leurs fonds souvent losangés, échiquetés ? Peut-être quelque parenté avec les fonds meublés quand ils sont plus ou moins géométriques.

- Y a-t-il quelque chose à retenir du réglage de la page par le moine copiste du scriptorium, comme conditionnement au quadrillage régulier des fonds des lettrines schéma porteur pour les fonds meublés de celles-ci ? Rien de certain , d’ailleurs le plus souvent la taille des caractères gothiques et donc du réglage des interlignes ne correspond pas à celle des carreaux de ces quadrillages préparatoires probables. (Les enluminures carolingiennes de manuscrits en belle graphie caroline qui supposaient un réglage parfait de lignes, ne comportaient pas de «  fonds meublés » ) .

- Si les enlumineurs se servaient de patrons et de modèles le réglage de la surface à enluminer permettait la reproduction et le placement, éventuellement avec réduction au format, de ces modèles aux carreaux ;  placement qui était déjà par lui-même rapide géométrie, compte et nombre, c’est à noter. En somme une pratique qui pouvait conduire le copiste à meubler le fond de l’enluminure de modules répétitifs qui jouaient sur le nombre comme à l’infini .

 -Retenir sûrement les influences orientales en ce temps « gothique » des principales Croisades mais sous quel rapport ?

- Influence nulle, on s’en doute, des calligraphies et des décors des mosaïques islamiques  .

- Les fonds meublés seraient-ils dans la filiation des fonds d’or fascinants  des icônes byzantines, qu’ils remplaçaient ? Discutable .

- On peut retenir  le goût bientôt obsessionnel en Occident pour les étoffes précieuses et leurs motifs . Jusque là venus d’Orient  .- y compris  les soieries de Chine répandues dans tout le bassin méditerranéen par les invasions mongoles.

- ” Les fonds meublés” sont proches des tissus dans leur inspiration.  - Les fonds meublés sont un jeu sur la surface de parchemin  des enluminures très proche du jeu et des rythmes des motifs sur les tissus .

 

 

Valeurs expressives  des « fonds meublés »

 

- Valeur tapissante  qui justement indique là  une étroite parenté entre enluminures et tapisseries . Nicolas Bataille, le licier qui a tissé les tapisseries de l’Apocalypse entre 1373 et 1380 et  Hennequin de Bruges, le peintre cartonnier ( ?), étaient l’un et l’autre très près des miniatures, ils se sont inspirés des enluminures  d’un manuscrit de l’Apocalypse prêté  par Charles V à son frère Louis 1ér d’Anjou pour lui permettre de faire  réaliser « son beau tapis ». 

- Les fonds meublés seront mis en cause dès que la perspective commencera à vraiment entrer en jeu  dans les miniatures (1), ainsi qu’ombres et lumières dès le XV e  sous l’influence de l’Italie . C’est l’or et les couleurs qui font la lumière des enluminures gothiques.- Les fonds meublés passent aisément des enluminures des livres aux grandes tapisseries ; sans doute les petites dimensions des enluminures y gagnaient-elles quelque chose de compatible avec le mural et le monumental : du monumental en miniature .- Les fonds meublés établissent toujours répétitivement l’équivalent d’un réseau de motifs sans lacune, ils sont pleins, complets, et ils introduisent dans le format bien circonscrit de la lettrine ou de la page du manuscrit un sentiment de propagation illimitée presque jusqu’au vertige, ils assurent même dans le très réduit un approfondissement optique de l’espace.

- Tout cela parce qu’ils font parler le nombre derrière les personnages, en  impliquant le plus souvent un encadrement qui les situe toujours plus ou moins dans  un intérieur . A cet encadrement conviennent particulièrement des détails  d’architecture gothique .

Copie de 36

Tapisseries de l’Apocalypse d’Angers 1373 - 1380 – St Michel et ses anges terrassant le dragon
- Quand ces fonds meublés interviennent sur le grand format des tapisseries , la situation  s’inverse, ils s’expriment comme un extérieur, mais lui aussi comme insondable sinon vertigineux . C’est particulièrement vrai pour le fond losangé du St Michel et  pour tous les autres panneaux de l’Apocalypse qui comportent également des fonds meublés . Alors rien ne convient mieux pour l’Apôtre Jean qui rend compte de sa «Vision », que d’être extrait de cet « extérieur » et de nombreuses fois retenu dans « un intérieur » que lui ménage sa guérite d’observation d’architecture d’un gothique très pur.

-  Dans les enluminures des manuscrits les motifs répétitifs innombrables des fonds meublés, qu’ils dépendent  d’un seul ou de plusieurs champs de motifs différents, entrent en relais presque télescopiques avec les vêtements eux-mêmes couverts de motifs des grands personnages représentés,  exemple le plus remarquable les fleurs de lys des manteaux des personnages royaux de France . Et l’espace, pourtant de dimensions très réduites dans les pages des manuscrits,  s’en trouve encore démultiplié, libre de passer par ces fonds à motifs « numériques », des vêtements aux dais , aux tentures, eux-mêmes couverts de motifs  ou à l’inverse  par retour du regard  . Vers la fin du XIVe siècle les enluminures gothiques évoluent nettement dans ce sens .

 IRHT 0541IRTH 0856

- Deux enluminures gothiques tardives - v. 1414, St Louis, Bréviaire à l’usage de Paris -  et  Chronique de Burgos. 
(cliquer sur les images pour les agrandir)

 - Une étonnante force de présence, une étonnante vivacité des gestes et des attitudes des personnages représentés qui apparaissent devant ces fonds meublés, c’est ce qui peut le plus nous retenir aujourd’hui . Cette remarquable animation optique tient tout entière  à la frappante rupture d’échelles qui intervient dans la plupart des cas entre l’échelle des personnages, de leur visages, éventuellement couronne en tête, parfaitement différenciés dans leurs gestes et leurs attitudes , et l’échelle  brusquement beaucoup plus petite le plus souvent des modules–motifs  du fond meublé, lesquels  s’épandent  le plus souvent tout à fait uniformément en nappe innombrable (2). Cette rupture d’échelle exerce un véritable pouvoir de fascination qui capte toujours l’attention .(3) . Ces « fonds meublés » écartent tout détail hors sujet, ils  disent tout en ne disant rien, ils créent toute l’ambiance à eux seuls, une ambiance intense  sur mesure qui focalise l’attention sur les faits et gestes des personnages, au service de la plus grande ferveur.

Enluminure 029

 Sacramentaire à l’usage de Senlis - vers 1310 - Le couronnement de la Vierge (détail)

Ces Fonds meublés, une énigme du nombre? - d’abord une ferveur .

Ils sont assurément l’indication d’un penchant très marqué, d’une habitude quasi naturelle de la sensibilité médiévale , gothique en l’occurrence, pour la lecture et l’expression du réel et des latitudes de l’imagination  par le nombre, plurilatéral, même polyvalent , supposant toujours l’illimité . Le nombre est évidemment toujours proche de ce que nous appelons aujourd’hui  le « numérique » . On remarquera  que ces fonds meublés « numérisés » sont très rares dans les fresques ou les peintures sur panneaux d’Italie des mêmes XIIIe-XIVe siècles . Ils valaient seulement plus au Nord.

Mais alors quelle était l’origine, au moins le sens de ce penchant très marqué pour « le nombre »; lequel est en passe de se retrouver aujourd’hui en bonne place avec le numérique parmi  les nouvelles habitudes de nos sensibilités ?

Enluminure 045

043

 Arbre d’affinités - Droit canon : Suma aurea - v.1315 - miniature en pleine page

Quels étaient aux temps gothiques les plus hauts exercices de mesures et de comptes ? Certainement   l’architecture des Cathédrales . Comment  Bréviaires ou Evangéliaires ouverts sur le lutrin au chœur de la cathédrale pouvaient-ils s’assortir aux proportions de l’immense nef autrement que par « le Nombre » régissant les fonds meublés de leurs enluminures encadrés de détails architecturaux, ainsi se portant  à la dimension du ciel, en élévation avec tout l’élancement de la cathédrale et de tout  l’art gothique .

Ces fonds meublés « numérisés » deviennent rares et bientôt disparaissent des miniatures dès les débuts du XVe siècle, l’élan vers le ciel se trouvait dépassé par un regard plus terrestre de la réalité, y compris les personnes . Le nombre, dans une vision davantage soucieuse de ressembler à ce qu’on voit, se trouvait dès lors reporté et retenu dans la figuration des tissus somptueux dont étaient revêtus les grands personnages. Dans la peinture, déjà gagnante, la figuration remarquablement soignée de leurs motifs souvent en champs multiples rejoignait d’ailleurs la reproduction dans un décompte extrêmement précis, de toutes herbes, de toutes fleurs, même les plus menues, de toutes feuilles dans les buissons dans l’environnement des personnages sacrés, pour se retrouver comme principale ornementation   dans les enluminures dans les larges bordures de leurs encadrements tandis que  les fonds meublés y comptent alors beaucoup moins .

Quelle attente avait cessé, quelle ferveur, quel désir s’affaiblissaient-ils ?  Moins peut-être  celui du ciel , que le désir  des   merveilles de l’Orient  qui avaient pu susciter la convoitise des Croisés . Surtout ces merveilles (hors de portée désormais sauf pour les cités maritimes et marchandes d’Italie) étaient avantageusement  remplacées au XV e siècle par les tissages de Florence, Lucques ou Venise,  l’Italie était capable de produire elle-même (c’était vrai  dès le XIIIe siècle) et d’exporter vers le Nord, royaume de France et Flandres, pays des enluminures  et des tapisseries, d’aussi précieux tissus à motifs, soieries et velours, objets de tous les désirs des princes . Quelle incapacité s’exprimait là enceinte d’un autre désir ? Certainement le rêve n’était plus le même, plus humaniste désormais.

 

 

Enoncé des faits à prendre en compte

 

1 – Les enluminures des XIIIé et XIV e siècles  seulement

2 – Enluminures Gothiques donc (avant ou hors des influences d’Italie)

3 - Elles viennent bien après les enluminures mérovingiennes (754 Evangéliaire de la fin de Pépin de Herstal ou de Pépin le Bref ; - influence de l’art byzantin ?) et les enluminures carolingiennes ( 823-835 Evangéliaire commandé par Ebbon, évêque de Reims et frère de Louis le Débonnaire, aux moines de l’abbaye de Hautvillers en Champagne ; inspiration  encore très marquée par l’Antique ).

4 – Elles viennent après les fresques et les enluminures romanes des XIe et XIIe siècles , après Bayeux  et la broderie romane, après les premiers vitraux . (1025 – concile d’Arras sur le développement des images , sûrement  dans les enluminures et peut-être déjà images en broderie, sinon en  tapisserie) .

5 - Ces Enluminures Gothiques sont apparues dès  la fin du XIIe siècle,  sans doute avec un temps d’avance sur les premières tapisseries (? ). Jusque là ni fond meublé ni rien dans ces enluminures qui puisse avoir été marqué  en regard de l’écriture par le parfait réglage de la page ( de parchemin). Ce n’est pas vraiment sensible avant la grande écriture gothique . Le style gothique des enluminures n’est pas encore vraiment affirmé même dans les évangéliaires de Spire (1220) ou de Mayence (1250) .

6 - Les enluminures gothiques « à fonds meublés » (XIIIe –XIVe) apparaissent  plus d’un siècle et demi avant  les débuts de la peinture sur panneaux de bois de la peinture - flamande principalement -  et sans les dénombrements « naturalistes » des feuillages , de l’herbe et des fleurs qui caractériseront celle-ci (fin XIVe –XVe ) .

 Même miniature gothique tardive que plus haut,  v.1414,   en pleine page avec sa bordure feuilles-fleurs.
IRHT 0541 43

7 – Le moment de l’articulation entre Enluminures gothiques «  à fonds meublés » et les enluminures sans fond meublés du XV e (même articulation avec la peinture) , c’est celui où l’enluminure est le plus proche de la tapisserie et a peut-être encore le pas sur celle-ci , c’est le temps où Charles V prête à Louis I d’Anjou , son frère, vers 1370 un manuscrit de l’Apocalypse « pour faire son beau  tapis », manuscrit  enluminé qui a servi de base au licier parisien Nicolas Bataille et sans doute au peintre cartonnier ( ?)  Hennequin de Bruges . Cette articulation joue entre France du Nord (depuis Paris) et Flandre à cheval sur le royaume de France et le duché de Bourgogne , pôles de la commercialisation de la laine (Arras, Tournai, Bruxelles, Paris)

8 - Ces fonds meublés « tapissants » des enluminures  comme des tapisseries de l’Apocalypse d’Angers (v. 1380) sont  venues juste avant toutes les nouveautés  d’Italie,  qui apparaissent dès les débuts du XVe  dans les « nouvelles enluminures » ( exemple: enluminures du temps de Louis II d’Anjou et du roi René d’Anjou, petit-fils de Louis I).

Patrice Hugues

______________________________________

(1) – Dans les enluminures il y a seulement,  même au XV e, des perspectives par morceaux et des visées plurilatérales.  (2) – N’est-il pas vrai  que sur les plateaux de télé  pour le même pouvoir d’animation optique pour le jeu des intervenants , les fonds sont bien souvent  couverts de modules-motifs en quadrillages innombrables ?  (3) –Elle joue à  plein très souvent dans le monde des tissus , c’est  même une des modalités d’expression  principales du Langage du tissu .

21 ème Article/question : autour des masques ?

Samedi 3 octobre 2009


                                                                                                        Patrice HUGUES –  2002

Mes images Masques Cahier II

  Reuters                                                                                                                 

Les évènements dramatiques d’Afghanistan ont révélé, dans l’intervention ou l’emploi des tissus, de surprenantes et fréquentes convergences dans l’actualité d’aujourd’hui . On ne peut manquer de noter ces convergences troublantes. Certainement, malgré leur élégance, les burqas bleu ciel , dont sont indignement obligées de se couvrir de la tête aux pieds les femmes afghanes, les font ressembler à des masques, leurs visages disparaissent encagoulés et grillagés. Or partout se multiplie actuellement l’apparition de silhouettes masculines elles aussi encagoulées pour tant d’actions qui se veulent clandestines . Cagoules des kamikazes du Proche et du Moyen Orient, cagoules des terroristes de Corse ou des guérillas des Philippines, d’Amérique centrale et d’ailleurs, cagoule des criminels et des maffieux de tous bords, mais aussi cagoule du GIGN ou d’autres polices ailleurs . Cagoules pour éviter les poursuites ou échapper aux représailles, c’est selon . Ces cagoules-là en tous les cas ne sont certainement jamais bleu-ciel, au contraire le plus souvent noires, marines ou très sombres, quelque soit la couleur de peau des porteurs; il s’agit non seulement de cacher l’identité du porteur mais l’effet immanquable est aussi de faire peur pour des actes de terreur ou au moins de violence agressive ou répressive . Dans le cas d’Al-Quaïda, les cagoules des kamikazes ont pour origine la même aire géographique que les burqas ou les tchadors. Et voila que d’Amérique sont arrivés en Afghanistan, au même lieu, les commandos des forces spéciales américaines au corps recouverts de tissu de la tête aux pieds, aussi complètement que les femmes afghanes, leurs lunettes de vision nocturnes, à la place du grillage de fils brodés, formant masque, jusqu’au casque lui même entièrement recouvert de tissu . A faire peur ces commandos de haute technologie!


Qu’est-ce que tout cela veut dire ? Dissimuler, leurrer, protéger, effrayer ou être prêt à toutes les performances, tout se trouve confondu . Apparemment la motivation ici est bien loin (à l’opposé pour une part) de l’impératif islamique interdisant aux femmes de montrer quoique ce soit de leur corps, de leurs pouvoirs de séduction trop capables, dit cette loi, d’affoler le masculin ! Pourtant çà, ces différentes occultations d’identité se ressemblent et marchent ensemble; les unes et les autres voulues de fait aussi loin que possible de la paix et d’un monde où femmes et hommes vivraient une mixité forte, à droits égaux .

 Images masques cahier II GI

  Reuters

 Imagesmasques Cahier II voleurLepetitVoleur,filmd’EricTonca                                                                                   

Dans le réel d’aujourd’hui, le paradoxe et le trouble sont bien là : des visages masculins, acteurs du drame, se cachent et dissimulent volontairement leur identité tandis que les femmes, elles, soumises à l’insupportable injustice des moeurs du pays, interdites d’identité en public, doivent dissimuler jusqu’à leur personne entière . A l’évidence, dans cette zone du monde, Proche et Moyen Orient, où se trouvent mises en bascule certaines des principales options des différentes civilisations, le problème de la violence et celui des moeurs sont noués de façon particulièrement manifeste au niveau de l’emploi du tissu, qui est là l’un des agents les plus opérants. Comment dénouer ce noeud sans prendre en compte, au niveau où il opère, le rôle du tissu dans le grand mouvement de changement qui doit avoir cours, sans prendre au moins en compte les indices qu’il fournit  Des tissus peuvent être les marques d’un passage . Mais certainement burqas et cagoules, comme la violence et la guerre, marquent malheureusement un passage interdit. Il n’est pas question ici d’apprécier les torts et les droits, ni d’aucune sorte de divination à partir des tissus . Mais de laisser parler ces indices des tissus dans le drame de la guerre (ils ne sont jamais relevés et rendus explicites comme tels par les médias). Laisser ces indices nous éprouver de toute la force de leur évidence, les laisser signaler notre capacité ou notre incapacité à reconnaître le sens de la marche, perte ou chance de civilisation, et si c’est vers l’ouverture ou si c’est vers l’impasse que nous allons. (Fragments écrits en 2002 – Cahier II, chap. VII, pp. 81 -82)

 

20ème article/question - Nouveaux problèmes d’échelles?

Dimanche 12 juillet 2009

NOUVEAUX   PROBLEMES  d’ECHELLES - en marge des vues aériennes du film « Home » d’Arthus-Bertrand          sur les urgences écologiques                                                                                                                                                                                                                (On trouvera après le texte  14 images, à faire défiler à la suite)                                                                                                                   

Lewis Carroll – Arthus Bertrand (A.B.) :  L’un varie entre agrandir et rapetisser, entre deux échelles qui  l’une et l’autre surprennent Alice, c’est comme dans les rêves et l’imagination symbolique des enfants pour pouvoir jouer avec les objets. L’autre, A.B., pour signaler les désastres écologiques qui menacent, voit tout du ciel (de l’hélicoptère ou de l’avion), alors tout  à terre devient miniature. Vues aériennes d’adulte qui ne laissent apparaître que rarement les objets et la réalité à l’échelle de nos  perceptions courantes : pour voir plus loin, de plus vastes portions du réel, avec une définition suffisante pour éliminer les vertiges des hauteurs.

 - Pourquoi le enfants ont-ils des jouets miniaturisant : des trains, des animaux de ferme , des avions, des voitures ….miniaturisés ? Autrement pour lui, l’enfant, tout serait trop grand : comment prendre en main  pour jouer ces équivalents du réel ?

 

- La vision des oiseaux : ils voient la terre, les arbres depuis la terre où sont leurs nids, mais ils voient aussi tout du ciel et l’échelle des dimensions change sûrement pour eux, sauf que la rapidité de leur vol  rapproche  pour eux  le petit et le grand, le très proche et le loin. Nous rêvons ce vol. Ceux des parapentes qui s’envolent depuis une falaise vivent le vol des oiseaux  (v. illustration 8 à 14).

 

- Quels objets réels dans le film d’Arthus Bertrand sont approchés de près, comme à portée de main , saisissables par la main, bols, fruits …. ? ils sont très rares. Du ciel on voit tout « beaucoup  plus petit que nature » . Mais ce n’est pas de jouets d’enfant qu’il s’agit. Des personnages du réel qui vus du sol sont plus grands que nature, ce sont par exemple les Moaïs de l’île de Pâques (entre 4 et 21 m de haut), or quand A.B. survole l’île de Pâques, vues d’avion ces  idoles colossales, même elles, sont à peine vraiment repérables. Comme si il y avait, du fait d’avoir quitté terre, inversion d ’échelle. Etrange position d’observation pour qui se place au ciel mais n’est pas dieu. Pour qu’on y croie il faut au moins au dessus de la baie de Rio de Janeiro que le Christ du Corcovado  soit entre terre et ciel  (il est haut de 31 m et placé à 710 m au dessus de la mer.- (v. illustrations 1, 2 et 3 à 7) .

 

- Justement à propos de l’Ile de Pâques - Vers 1646-1680 une véritable destruction/catastrophe s’est produite : les idoles ont été abattues et brisées (au cou le plus souvent), guerres entre tribus pour les moins mauvaises terres. C’est l’exemple d’une humanité conduite dans l’impasse et menée à sa fin. Après il y aura un certain regain de civilisation autour de « l’homme-oiseau » : rêve de délivrance par le vol comme volent libres les oiseaux migrateurs, seuls passages sur l’île depuis les terres lointaines. Un roi pour l’année : celui qui sort vainqueur des rituels d’envol. Exactement du type des « parapentes » d’aujourd’hui.  Plus aucune grande statue idole, mais  l’homme-oiseau est présent partout, gravé sur les roches, peint sur les crânes des morts……(1)

 (1) - Ce regain de civilisation a bientôt été anéanti par l’arrivée des Blancs à partir de1722. Au XIXe rafle des derniers habitants de l’ïle emmenés en esclavage vers les Amériques.

 

- Avant le temps des avions et des hélicoptères, on avait déjà comme vues du ciel les cultures en terrasses, vision magnifique mais nécessairement en pays accidenté à fort relief,  elles étaient   obligatoirement vues de la montagne d’en face, c’était possible.

 

- Si tout est pris d’avion ou d’hélicoptère, si tout est vraiment « vu du ciel », toutes les vues  peuvent être belles et « esthétisées » ; mais cela crée pas mal de confusion, tout  surprend et suscite l’admiration, qu’il s’agisse de spectacle merveilleux de la nature ( Nicolas Hulot est aussi fort à ce jeu qu’Arthus Bertrand) ou du survol de spectacles désastreux, humainement et écologiquement. Négatif et positif  se distinguent mal vus du ciel . L’écologie s’y perd . On a toujours plus ou moins le sentiment d’être au Paradis

 

 - Le changement d’échelle par la vue aérienne saisit mal le mouvement, ne le rend pas mieux, moins bien en fait, que sa réalité ne nous le donne directement à l’échelle de notre vision / perception ordinaire, courante . La vue du ciel, ça n’augmente pas vraiment la vision du mouvement à terre. On préfère alors la saisie du mouvement  de l’hélicoptère par rapport à un  relief survolé de près, ce n’est que porte ouverte à la 3D. Si l’on persiste à vouloir saisir du ciel des mouvements à terre, des mouvements d’humains nombreux, on passe alors à la fourmilière. A.B. transforme les groupes humains vus du ciel en fourmilière.

 

- Le mouvement vu d’avion ou d’hélicoptère semble dans la prise de vue refuser les ambiguïtés d’échelle et de signification. Ou le mouvement n’est pas saisi ni vraiment spécifiquement spectaculaire, ou il est une marque aberrante et complètement surprenante dans le paysage . Il faut aller y voir de plus près. A.B. cite lui-même comme l’ayant le plus frappé, troublé, l’exemple du véritable fleuve des eaux de fonte de la glace, traçant son cours impétueusement sur la calotte glaciaire arctique, le mouvement de cet écoulement parfaitement insolite prend tout le regard, il est hors échelle ! La nature est là  impressionnante en train d’avouer qu’elle subit sa dénaturation ! c’est hors de portée de la vision depuis le ciel. L’hélicoptère aura dû se poser sur le blanc immobile de la glace et de la neige qui effacent tout repère d’échelle.

Additif du 13/03/2011 … Mais c’est tout de même encore une affaire d’échelle !!! Si le mouvement vu de l’hélicoptère est vraiment immense, il est spectaculairement saisi depuis le ciel. C’est ce qu’on a vu avec le Tsunami dévastateur du 09/03/2011 sur le Japon : déferlement d’une vague immense sur plusieurs centaines de kilomètres tellement impressionnante !!!. 

 

- A.B. s’énerve quand il entend  que l’écologie ça veut dire au moins ou déjà pour chacun ne pas laisser couler l’eau pendant qu’on se lave les dents . Ce geste quotidien vaut pourtant comme apprentissage écologique, il vaut  la prière que l’enfant doit faire chaque soir pour ceux qui croient au ciel. Les enjeux à gagner ne peuvent l’être seulement à l’échelle des visions du ciel.

 

- Comme dans les précédents articles j’en viens aux recours que nous offre le tissu. Cette fois, et cela vaut pour l’enfant et pour l’adulte, il s’agit de bien vivre le tissu comme agent d’entraînement et d’appréciation plus juste des dangers écologiques qui menacent la planète. Il nous incite en particulier à reconnaître les échelles appropriées. Le tissu est là au quotidien dans notre vie, au plus près de nous, vêtements, rideaux, tentures de notre ambiance personnelle, il peut aussi se déployer au dehors, voiles des navires, banderoles et drapeaux, entre terre, mer et ciel,  et drapeaux de prière qui se mêlent à l’univers au Népal  au Tibet, en Mongolie . En toutes ces fonctions il assure autant de régulations vitales . L’ambiguïté d’échelle  qui caractérise le tissu et la structure tissée,  les échelles différenciées de ses motifs se prêtent à  l’unisson  de notre vie  avec son  environnement.  

-  Ne pas oublier l’objet transitionnel de l’enfant, souvent un chiffon, un tissu  qui lui assure un passage vers le monde extérieur depuis sa mère, sûrement un travail entre deux échelles.

 

- Devant l’écran des jeux video les plus mouvementés qui captivent aussi bien les adultes que les enfants n’est-on pas entre deux échelles, l’une qui agrandit, l’autre qui rapetisse, en somme Lewis Carroll  et Arthus Bertrand réunis ?

 

                                                                                Patrice Hugues  

 

 

 

                                                

  Illustrations  :  cliquez sur les images pour les agrandir

Idoles géantes de l’île de Pâques (Moaïs) 1 et 2                                                                                                                                                          

Mes images arthus bertrand 001Moaïs 005Mes images arthus bertrand 001 1 et2

Mes Images arthusBertraand 010Mes images arthus BertrancD006 et 008 3, 4
Mes Images Arthus Bertand5

Le Christ du Corcovado, au dessus de la baie de Rio de Janeiro (3 à 7)

Mes images arthus bertrand 006Mes images arthus bertrand 006 6 et7

__________________________________

Falaise Vaches noires 0058
Falaise Vaches noires 0059
Envol de la Mouette  peinte sur le site d’Envol des parapentes   en haut des falaises ( 8 à 14)

parapenteDV60 02410parapenteDV60 02411parapente DV60 02412

Falaise Vaches Noires parapente Villers 00913

Falaise Vaches noires 005 14

Envol et vols des parapentes au dessus des falaises (10,11,12,13,14)

 

                  

19ème Article/question - Des Temples de Brahma et des Châles Cachemires, jusqu’au métier jacquard, au numérique, et même jusqu’aux fractals ….un Etonnant cheminement

Samedi 2 mai 2009


UN  ETONNANT   CHEMINEMENT -

(Des temples de Brahmâ et des châles Cachemires, jusqu’au métier  jacquard, au numérique et même jusqu’aux fractals)

 1

Je suis resté très longtemps dérouté par les monuments  religieux  de l’Inde , non pas  par ceux du Bouddhisme tels les stupas  (V e av.JC  à VI e ap .JC env.), non, seulement  par les temples et sanctuaires brahmanes hindouistes….- Pas vous ? Dérouté par le foisonnement des figures humaines, reprises sur plusieurs étages  intercalées entre ce qui me semblait d’inutiles et innombrables  étagements horizontaux de pierre, de la base au sommet des édifices  que je ressentais comme toujours immenses et vertigineux .  Et Siva dansant aux multiples bras ?  Tout ça , qu’est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Je savais certaines choses sur les chiffres que nous disons « arabes » mais qui nous sont venus de l’Inde  transmis par les  arabes et vraiment utilisés en Occident seulement à partir des XIV e -XV e siècles  … J’étais, aussi, bien informé sur l’aventure  des Châles du Cachemire du XV e au XIX e … J’ai bientôt remarqué que les palmettes cachemires de leurs bordures  sont  dans bien des cas, presque toujours,  organisées selon plusieurs échelles, les motifs des châles cachemires européens se caractérisent encore plus manifestement par cette « ambiguïté d’échelle » ….

Dérouté jusqu’à ce que je retienne qu’il s’agit dans les temples brahmanistes de la même  troublante « ambiguïté d’échelle » et que celle-ci est l’une des marques les plus fortes de la culture hindouiste et de la civilisation de l’Inde .  C’est  la connaissance du langage du tissu, ici des tissages des châles du Cachemire,  qui m’a permis cette lecture  beaucoup plus ouverte de civilisation .

Il y a eu à tout cela un point de départ tout à fait remarquable, ce sont les  inventions numérales poussées  très loin en Inde du V e  .au VIII e siècle, les chiffres de 1 à 9, la base décimale,  la règle de position  pour les opérations arthmétiques, et le zéro ( peut-être venu de Chine). L’intensité  de ce mouvement d’invention si décisif se trouve étroitement en rapport  historique avec  les changements qui surviennent presque dans le même temps dans le domaine de la religion, de la sensibilité , de la pensée.  Tandis que le bouddhisme recule,  au VI e  - VII e,  le  védisme  révisé (Vedanta) permet  l’essor du brahmanisme-hindouisme. Un seul et même élan mental numéral affirme alors à travers Brahma la relation  primordiale  des hommes au cosmos, aussi bien dans les calculs des astronomes (tel Brahmagupta, astronome et mathématicien, qui rédige en 628  « le système révisé de Brahma »)  que dans la construction des nouveaux temples hindouistes qui devaient en être la représentation.  Ce qui est donc à noter là est beaucoup plus qu’une coïncidence, c’est une base nouvelle de civilisation . Cette tradition  numérale  est pour beaucoup dans le fait qu’aujourd’hui les informaticiens indiens, aisément passés maîtres du numérique, sont particulièrement demandés  en Europe et dans le monde.

Je propose donc de reconnaître ici l’étonnant cheminement qui suit en parallèle :

-  l’aventure des chiffres et des modes de numération et de calcul  mis au point  en Inde de la fin du Vè au VIIIé siècle

- et le sort significatif de cette ambiguïté d’ échelle si  remarquable  dans les motifs de châles du Cachemire comme dans l’architecture  des temples hindouistes .

- en gardant toujours présent à l’esprit que la structure du tissu des châles et de leurs motifs, est  « numérisée » en binaire, comme tout tissu  depuis l’origine.

Ce cheminement parallèle a pris fin, dès que le métier jacquard, annonciateur  de l’ordinateur et du numérique, eut en occident dépassé et épuisé les ressources des tisserands artisanaux traditionnels  kachemiri; le fait est qu’il  n’y a plus de tissages de châles au Cachemire à beaucoup près aussi remarquables aujourd’hui. Ce qu’on a  pour accompagner cette ruine c’est la partition du Cachemire (1).

______________________________

 (1)  Et depuis des décennies c’est le plus souvent la guerre  entre le Cachemire indien hindouiste et le Cachemire pakistanais musulman

  2

L’ambiguïté d’échelle et le nombre dans les temples hindouistes (VIII e -XIII e)

Le troublant avec  les temples hindouistes est qu’on n’est jamais sûr d’apprécier correctement leurs dimensions vraies . La plupart du temps on les croit assez immenses , or la plupart du temps leur hauteur ne dépasse guère 20 mètres soit la hauteur moyenne de nos églises de village ou de beaucoup d’églises romanes . A noter qu’ils sont souvent exactement contemporains des dites églises romanes ou alors des cathédrales gothiques des XII e et XIII e  siècles mais celles-ci sont sensiblement plus hautes que les temples hindouistes qui n’atteignent  qu’exceptionnellement  30 m ; N.D. de Paris atteint 50 m,  tours comprises, - Amiens atteint presque 60 m . On reste dans cette incertitude  même dans le cas des petits temples de moins de 11m. En image on ne parvient pas à les croire petits (v.4).

Temple hindouiste 0461

 
 Temple LingarajaLingaraja 0182
 
Temple hindouiste 0363
 
____________________________
Parmi les temples les plus élevés : 1 du XI e, à Khajuraho le temple Kandariya Mahadeva  ( Madia Pradesh) et 2 le temple de Lingaraja   également de 30 à 31 m à  Bhuvanesvara (Orissa) , ou aussi à Bhuvanesvara , du XII e  3 le temple de Rajarani, environ 30 m. de haut,  avec  ce vertige des temples  miniatures autosimilaires sur le flanc de l’édifice  de la base au sommet.
Cliquez sur les images pour les agrandir

A quoi tient cette incertitude persistante ? Elle tient précisément à l’ambiguïté d’échelle des composants de l’architecture . Sur les côtes verticales de l’édifice, toujours ces innombrables étagements horizontaux de pierre,  auto similaires dans leur forme générale, qui peuvent être d’échelles décroissantes en allant vers le haut de la sikhara. Mieux : certains temples (v.3) comportent de bas en haut sur leurs côtes verticales à de multiples exemplaires leur reproductions en miniature,  des temples  miniatures de taille décroissante  jusque vers le haut de la sikhara, ce qui est vertigineux, et évidemment exprès . C’est exactement ça le  pouvoir du recours à des échelles multiples, le pouvoir de l’ambiguïté d’échelle qui peut mettre le temple voué à Brahma hors toute mesure,  en lien, en interférence avec le cosmos, mieux qu’aucune autre figuration du cosmos. Brahma est toute réalité ,  toutes dimensions, incommensurable.

Temple 1414

__________________________
-  A Konarak (Orissa), 4 le temple du Soleil,  57 à 60 étagements horizontaux de pierre sur moins de 20 m. de hauteur totale.

Vient de surcroît la représentation d’innombrables figures humaines sculptées, autant féminines que masculines, entrelacées dans la relation amoureuse sexuelle (5 et 6 - détails de 1), dont l’échelle  est celle des étagements horizontaux  qui vont de la base au sommet, incertaine comme les leurs , rarement exactement  «  à l’échelle humaine » vraie, ne dépassant guère 1 m ou 1 m 20, échelle réduite qui insère les humains,  à même régime que l’ensemble vertigineux de ces étagements, comme eux  composants de l’univers, sauf qu’insérés entre les propagations rythmiques des étages  sans figures  , ces étages sculptés de figures féminines et masculines, ainsi  comprises dans la chaîne des transmigrations, retiennent tout spécialement le regard et l’attention . Et tout cela bouge parce que tout est ainsi délibérément hors de portée  d’un jugement assuré des proportions de la taille et du volume de l’édifice . C’est bien le branle universel cosmique qui est la vie, celle-ci évidemment en route dans les scènes érotiques des sculptures (1).

Sculptures Mahadeva 0705

Sulptures Mahadeva 0696   - on repère aisément en 5 l’emplacement de ces sculptures sur le flanc du temple  qui est le temple Kandariya Mahadeva (v.illustr.1)

C’est à ce stade qu’on peut se persuader du rapport profond de civilisation des inventions numérales de l’Inde  et de l’architecture des temples hindouistes que la religion de Brahmâ voit s’édifier à leur suite dés le VII e siècle, quand elle commence à supplanter le bouddhisme (v. les écrits postvédiques, le Védanta, et de l’astronome Brahmagupta déjà cité, en 628, « Le système révisé de Brahma).

 (1) - le Khama Sutra qui suit  tout à fait  la même inspiration  est écrit entre le IVe et le VIe siècle .

Mais quel rapport avec les Châles du Cachemire ?                                                                            

 3     

Les Palmettes cachemires et l’ambiguïté d’échelle    

On peut s’étonner que  dans le même article je m’occupe des Châles du Cachemire  tout à fait à la suite des temples Hindouistes édifiés du VIII e au XIV e siècle.  Peut-il y avoir un rapport utile de compréhension entre ces châles qui ont été des parures pour les privilégiés et  la  lecture des significations religieuses  complexes de l’architecture de ces temples ?  La raison est dans les faits, c’est avant tout « l’ambiguïté d’échelle » qui se retrouve dans le décor des palmettes cachemires, comme elle  sert, on vient de le voir, dans les temples hindouistes,  leurs principales valeurs d’expression. A la limite on pourrait dire : quelque soient les influences qui les ont générées.

Temples hindouistes 527                     

Templeshinduistes et châles Cachemires 1368

Cela commence au XVe, quand l’empire Moghol  s’ établit solidement.   Ne pas croire que les Palmettes de châles Cachemire « d’origine » aient été seulement  ni d’abord un agencement compositionnel décoratif à base de rythmes et géométrie sous-jacente d’inspiration  islamique  ; même si à on ne doit pas écarter à propos de ces palmettes le jeu d’un syncrétisme partiel entre les motifs de style moghol islamique et  ceux de l’hindouisme , plus échange d’influences probable  avec le soufisme de Perse (1) - Non, elles sont d’abord l’équivalent de ce que la vie donne et elle seule : par exemple dans la croissance d’une branche de  troène au printemps, il peut y avoir ensemble parmi les feuillages, en même temps, beaucoup plus petit et grand dans le même organisme vivant qui croît - 9. Les palmettes Cachemire sont cela  avec la même ambiguïté d’échelle que celle développée dans l’architecture des temples hindouistes sur leurs côtes verticales de la base au sommet. Avant islamisation. ou islamisation prochaine de l’Inde déjà en route, la valeur d’expression est bien la même . Avec toujours quelque chose  de vertigineux et toujours un effet de nombre.

sopie de temple hindouisteCopie 2L9

Voyons cela de plus près . Cette “ambiguïté d’échelle” permet dans  les Palmettes cachemires  l’intégration organique, la cohérence tissée  de leurs constituants aux différents niveaux d’organisation du tissu -8 et 9. Comme dans l’être vivant, ces très nombreux composants à la fois différenciés et à tendance auto similaire , feuilles et fleurs en foule serrée, se combinent, se trouvent intégrés ensemble à de multiples niveaux de complexité d’échelles différentes en chaque  palmette et aussi dans les intervalles entre ces grands motifs. La distinction entre motifs et intervalles est d’ailleurs aussi incertaine que cette combinaison de plusieurs échelles  dans la même configuration. Quatre échelles se trouvent ainsi intégrées. Dans le décor des palmettes des Châles cachemires le tissu est à la fois : 1 - à l’échelle de ses grands motifs, les palmettes prises en entier ( comme les temples si l’on considère l’ensemble de l’édifice) ; 2  - à l’échelle de ses innombrables motifs de petite taille ; beaucoup sont  compris dans le grand motif de la palmette sans pour autant être assujettis  à son échelle, autrement dit sans que ces petits motifs perdent leur autonomie et deviennent seulement des détails des palmettes , ils sont plus proche d’une reproduction autosimilaire à échelle réduite de celles-ci (comme  sur le flanc des temples leurs reproductions nombreuses  en miniature) ; 3 -  à l’échelle des unités minimales du tissu du châle, les croisures de fils le plus souvent en sergé (v. 7) que l’on perçoit très bien dans les châles d’origine(comme les innombrables  étagements horizontaux  de pierre d’échelle souvent décroissante des temples) ; 4 -  tout cela dans une totale cohérence  nous donne le châle entier,  la  pièce entière de tissu  « à l’échelle humaine » bientôt enveloppant le corps de qui le  porte.                                                               

Une remarque : Les palmettes des châles d’origine jusqu’au XVIII e n’ont pas débordé à l’Ouest au-delà de la Perse, même pas en Egypte,  ni en Ifriqiya arabo-musulmane …Elles étaient venues  de façon originelle en Inde, au Cachemire sans souffrir de la conquête islamique  ni de l’empire Moghol, dont l’influence sur elles n’était certainement pas en mesure d’évincer leur  inspiration profondément hindouiste . Nulle part  l’écriture et la calligraphie ne font irruption dans le décor des châles alors que c’est si souvent le cas  parmi les rythmes des décors  de l’Islam (1) . Et les châliers  français des cachemires,  comme ceux de Norwich et  de Paisley en Angleterre, au XIXe , ne s’y sont pas trompés, eux-mêmes n’ont qu’exceptionnellement franchi cette limite. Le nombre et les rythmes, voire les vertiges, règnent toujours sans partage dans les châles  cachemires -10 et 11.

templezs hindouistes 090 (2)  10             Temple Hindouiste et cachemire 090(4)11

(1) A noter justement que s’il existe une certaine ambiguïté d’échelle dans les décor d’inspiration soufi  de la Perse séfévide  (XVI e-XVIIIe) ce n’est pas entre les différents niveaux d’organisation  du vivant ( cela je l’admettrais quand même en partie par prudence ) mais entre les calligraphies  et d’innombrables motifs floraux ou végétaux,  presque toujours très petits . La frontière est là . Même si le nombre est aussi présent que dans les châles cachemires .  Exemple: la mosquée du Sheikh Lulfallah à Ispahan - v.1616.

___________________________________________

légendes des illustrations sur les châles cachemires

Cliquez sur les images pour les agrandir

7 Châle  long tissé au Cachemire vers 1800  - tissage espouliné à base de sergé avec double crochetage - laine  des chèvres du Tibet. - Quand les palmettes sont plus espacées, c’est la perception des croisures de fils de la structure tissée qui relaie le sentiment d’ambiguïté d’échelle : les fleurs de la palmette paraissent en comparaison presque géantes, la palmette  ressemble à la sikhara d’un temple  entier dont elle prend les proportions ,   et pour comble entre ces hauteurs et grandeurs des oiseaux sont là qui marchent au sol,  ne volent pas, semblent prêts à picorer les croisures de fils…ou les fleurs et fruits, au sommet  des palmettes ou  à la base, elle-même oiseau. 8 Châle tissé au Cachemire vers 1810 - tissage « espouliné » à base de sergé avec double crochetage - laine  des chèvres du Tibet. Avec la même ambiguïté d’échelle que celle développée dans l’architecture des temples hindouistes sur leurs côtes verticales de la base au sommet. La valeur d’expression est bien la même (1) . Avec toujours quelque chose  de vertigineux et toujours un effet de nombre.  9   Ambiguïté d’échelle entre grands et petits motifs des feuillages, témoins de l’organisation de la croissance dans une branche de troène au printemps, il peut y avoir ensemble parmi les feuillages, en même temps, beaucoup plus petit et grand dans le même organisme vivant qui croît. - Les palmettes Cachemire sont cela, elles sont  l’équivalent de ce que la vie donne et elle seule . 10 et 11   Châle long, France , vers 1860 - Tissage sur métier Jacquard, au lancé, découpé  -  Chaîne : 356, trame 164 cms


  4                     

Châles Cachemires, Métier jacquard et fractals                                                             

Le rapport entre le nombre, l’ambiguïté d’échelle dans les temples hindouistes  et dans les châles cachemire, c’est l’intervention du métier jacquard qui l’éclaire le  mieux,  donc  ce rapport est surtout   à considérer   avec les châles tissés en Europe  à partir de 1820 environ au jacquard en  France pour l’essentiel,  parallèlement au goût de l’époque pour l’exotisme oriental et l’Inde . Tissage au jacquard et numérique ont retrouvé dans le  dessin et le tissage des châles cachemires d’imitation quelque chose de l’inspiration  de l’Inde ancienne, celle des temples brahmane et des inventeurs indiens des chiffres et des modes de calculs qui sont les nôtres, sans lesquels l’essor de la science moderne n’aurait pas été possible.

On peut aller un pas plus loin . Ce sont seulement ces châles cachemire d’imitation, au décor complexe  à échelles multiples toujours foisonnant  qui peuvent mener à une évocation  de l’autosimilarité des objets fractals  à différentes échelles . Des fractals  je laisse de côté la fracture et le degré d’irrégularité.  Mais il y a - comme dans les temples hindouistes anciens -dans les châles cachemire tissés en France au XIX e  au métier jacquard   le goût vertigineux  de l’innombrable,  de l’ambiguïté d’échelle  et d’une certaine autosimilarité des motifs aux différentes échelles de leur déploiement, qui n’est pas sans annoncer l’autosimilarité des objets fractals aux différentes échelles de leur développement (v. 10 et 11) .

Une dernière proposition

Avec  les palmettes des châles du Cachemire il n’y a pas seulement leur répétitivité en bordure du châle , il y a le nombre, il y a  les déploiements  foisonnants du nombre, que permet l’ambiguïté d’échelle de l’ensemble des motifs (1)..

La question de la correspondance réelle (ou supposée) entre l’ambiguïté d’échelle des temples hindouistes du VIIIe au XIIIe siècle et celle des motifs autosimilaires à différentes échelles des châles du Cachemire, cette question peut être considérée  parallèlement à celle de la transmission des chiffres  et des modes de numération et de calcul de l’Inde  à l’Europe à travers l’islam et le monde Arabe  du VIIIe au XVe / XVIIIe durant toute la période d’Islamisation de l’Inde. Les motifs des châles Cachemires  d’origine du XVe au XVIII e siècle  ou même d’Europe au XIXe, occupent, avec leur constante ambiguïté d’échelle la place de trait d’union entre ces deux ordres de la réalité, temples et châles d’une part , transmission des inventions numérales de l’Inde à l’Europe d’autre part .  La vogue des châles et des motifs Cachemires  en Europe à partir de la fin du XVIIIé jusqu’à aujourd’hui éclaire d’un jour particulier  la question de cette transmission.

                                                                                                        ***

On ne s’est jamais expliqué, dit-on, l’immense succès des palmettes cachemires plusieurs siècles durant, aujourd’hui compris, dans des civilisations très éloignées, de l’Inde et de la Perse à l’Occident (2) . J’espère qu’on aura trouvé ici en grande partie l’explication . Elle tient pour l’essentiel aux cohérences sensibles  extrêmement vastes que favorise  le recours à l’ambiguïté d’échelle   mariée au multiple, au nombre, au numérique comme agent de mise en rapport avec le mouvement universel  du cosmos, de la nature  et de la vie ? Et cela valait, selon la philosophie religieuse de leur temps, dès l’architecture des temples hindouistes  les plus remarquables, édifiés dans les siècles qui  précèdent les premiers tissages de châles au Cachemire qu’ils annonçaient en un sens . Cette longue continuité a valeur de transmission et de guide pour une lecture du Langage du tissu et des civilisations bien plus ouverte qu’on ne la pratique d’ordinaire .

_________________________________

(1) -A ce titre on peut les considérer comme des témoins d‘une transmission composite toujours en route des chiffres et des modes de numération de l’Inde hindouiste  à l’islam moghol et arabe. Avec les palmettes  du Cachemire  nous ne sommes pas très loin de l’Arbre de Vie des Indiennes d’origine, ces toiles de coton peintes ou imprimées contemporaines des châles d’origine. A ceci près  qu’il n’y a pas semblable déploiements foisonnant du nombre sur les Indiennes même s’il y règne   aussi une certaine ambiguïté d’échelle,  dans le motif de L’ Arbre de Vie lui-même.

(2) - Mais pourquoi ni vers la Chine ni vers le Japon.  Pourquoi ?

________________________________________________________________________________

ENONCE  des FAITS  à prendre en compte

- Fin de l’empire Gupta qui à côté des cultes védiques tolérait le  bouddhisme  ( surtout de 210 à  474 et même 535)    - Nouvelle période de morcellement de l’Inde  ( comme  après  l’empire Maurya - de 322 à 187 av.JC - lui aussi favorable au bouddhisme surtout au III e siècle av. JC avec Asoka, l’empereur moine).

- Le brahmanisme (hindouisme) qui est une transformation du védisme,  reprend et accroît son rayonnement  à partir du VI e.. Le VII e est le siècle du Védanta (Oupanishad, Brahmasoutra, Bhaghavad Gita)  qui prolonge les védas (dont les foyers avaient été le Pendjab et le Cachemire   du XII e au III e av.JC) .

- Bientôt recul du bouddhime jusqu’à sa quasi disparition de l’Inde.

- L’astronome Brahmagupta ( 598 -  668) qui vit  à Bhillamaila au Rajasthan écrit en 628 « le système révisé de Brahma » ou Brahma Siddhanta , il est  le premier mathématicien  à utiliser l’algèbre pour résoudre des problèmes astronomiques et calculer la durée de l’année ; il définit le zéro comme la soustraction d’un nombre par lui-même …

-Apparition dans le nord de l’Inde  des modes de numération et de calcul  du V e au VIII e :  les chiffres de 1 à 9, le zéro, pour les opérations arithmétiques la règle de position et la base décimale sont  pratiqués par les astronomes à partir du V e et largement pratiqués en Inde au VII e .- première inscription lapidaire des chiffres au IX e .

- On est au temps de la fin de l’empire perse sassanide .

- Importance du Cachemire au VIII e .- Au IX e  le roi Avanti Vazman (855 - 883) fait construire des temples hindouistes à Avantipur . Le Cachemire a été souvent dans le passé un royaume échappant aux empires (Mauryas, Gupta …  )

- Du VII - VIII e au XIII e édification des temples brahmanistes hindouistes les plus importants avec bien souvent ambiguïté d’échelle recherchée entre tout le monument ,  et les innombrables composants de l’architecture de la base au sommet , souvent de petits temples en  miniatures  reproduction du « sikhara », de l’édifice d’ensemble. Nombreux étagements de figures humaines (érotiques) traitées comme les multiples modules horizontaux étagés de la base au sommet, rédutes à la même échelle  confondante et vertigineuse rapportée à celle du temple entier.

Les temples hindouistes sont un résumé du cosmos. Brahma c’est le branle universel cosmique y compris donc l’acte sexuel qui engendre la vie renouvelée et la transmigration. Le Brahmanisme est sans fondateur ni dogme .

- Le brahmanisme-hindouisme impliquait  le système des castes  certainement très développé dès le VII e mais présent déjà dans les védas.  (L’Inde restait avant tout agricole.  Ce système socioreligieux a toujours fonctionné assurant la domination de  la caste des brahmanes et de celle  des kshatriya (guerriers, rajhahs…) sur la masse rurale.  Parfaitement inégalitaire, ce système  marginalise   les basses castes et plus encore les “intouchables  horscastes”).

- Menace des conquérants musulmans depuis le nord ouest, dès les VIII e -X siècles :  Mahmud de Ghazni pille le Pendjab et saccage des sanctuaires (+ en 1030) . - Progression de la conquête de l’Inde par l’Islam du X e au XV e - Mais la civilisation de l’Inde se développe sans souffrir du contact avec l’Islam

- XIV e nouvelle période de morcellement de l’Inde.

- Au XVe l’empire Moghol est établi et durera jusqu’à la fin du XVIII e,  l’islamisation de l’Inde  depuis le nord-ouest est en route . Ce qui ne veut pas dire assujettissement des  cultes originaux de l’Inde  à l’islam

- XV e, développement des tissages de châles au Cachemire - C’est probablement le sultan moghol  Zayn al Abidin(dynastie timouride) qui fit alors venir du Turkestan l’habile tisserand légendaire, Nakad Begh qu’il installa au Cachemire. C’est sans doute lui  qui monta un  premier métier à tisser les châles avec le duvet des chèvres du Tibet  (et peut-être aussi du Turkestan) ..

Les motifs de ces châles qui sont presque toujours marqués par l’ambiguïté d’échelle (entre grands motifs de palmettes et petits motifs foisonnants)  sont de ce point de vue en correspondance avec l’ambiguïté d’échelle caractéristique des temples hindouistes , cependant ils pouvaient résulter aussi d’un échange d’influence entre l’inspiration de l’Inde hindouiste et une inspiration islamique  venant de l’empire moghol ou venant de Perse, celle du soufisme séfévide . On a pu qualifier certains châles du Cachemire comme de style moghol.

- On est au temps de l’empire perse séfévide  et du soufisme.

- L’importance des châles du Cachemire qui étaient en  Inde  une parure de prestige et de grand luxe, plus masculine que féminine, suit l’expansion de l’empire du Grand Moghol  sur toute l’Inde jusqu’au sud . C’est dans ces conditions que ces châles séduisirent la clientèle européenne des compagnies des Indes Orientales fin XVIII é . Cette clientèle allait être surtout féminine. - Coïncidence significative : les chiffres « arabes » venus de l’Inde commencent à être utilisés en Occident seulement à partir des XIV e - X V e  siècles).

_________________________________________________________________________________

Patrice Hugues

18 ème article question : Trois Damas d’Italie - XVIe-XVIIe siècle - Que nous disent ces trois tissus anciens?

Mardi 21 avril 2009

TROIS DAMAS  D’ITALIE

(XVIe - XVIIe)*

 

Lectures comparées

(1 - 2 - 3)  

1) - Premier tissu, un damas d’Italie - XVIe

A) - Caractéristiques du tissage : Fils de chaîne : verts clairs .- Fils de trame : rouges vifs .- Soie, les uns et les autres . - Mode de croisure des fils : damas armure satin, satin face-chaîne à l’endroit dans les intervalles,  à l’envers  du tissu dans les motifs  .- L’envers est aussi beau que l’endroit : les couleurs et les brillances sont inversées . Cette remarque vaut pour notre regard d’aujourd’hui qui prend plaisir à cette ambivalence . Les intervalles à l’endroit, légèrement en creux, bénéficient de tout l’éclat du satin des fils de chaîne verts-clairs, les motifs ont la matité relative des  fils de trame rouges . A l’envers c’est l’autre partie qui se joue. Il y a en tout changement de position et de valeur (couleurs, brillance, matière) des fils de chaîne et des fils de trame d’une face à l’autre du tissu .  Motifs d’inspiration végétale et florale mais sans aucune imitation précise de la nature, bien mieux appropriés ainsi à la spécificité de la structure tissée .

B) - Premières impressions : un jeu de lumières/couleurs particulièrement magnifique, souple légereté de cette soierie, parfait équilibre dans la charge en fils, équilibre également dans le jeu des intervalles et des motifs, et entre le léger relief des motifs et le léger creusement des intervalles . On est saisi par beaucoup d’imprévu dans l’ordonnancement du décor, motifs et intervalles, avec des variations surprenantes dans ses rythmes répétitifs. Les mystères de ce tissu d’il  y a plus de quatre siècles  nous parviennent en témoignages subtils de la sensibilité des gens de la Renaissance italienne, de ses tisserands de soie en particulier .

1 A   Damas d’Italie du XVIe

Damas d’Italie du XVIe

1A   et 1B

C) - Lecture rapprochée :  Les motifs sont de taille moyenne, pas innombrables sur la surface de tissu dont nous disposons, et ils sont tous d’une même échelle (les différentes configurations présentent toutes des proportions analogues, pas d’ambiguïté d’échelle). Ordonnancement principal des motifs selon des axes verticaux  en deux chemins de motifs alternant, avec un décalage en quinconce de chaque type de configurations d’un chemin à l’autre: c’est un  premier imprévu . Des motifs seconds s’ordonnent, eux, de façon nettement  horizontale, adossés/affrontés en figures séparées qui s’accordent en mineur avec la symétrie en majeur des principales figures, qu’ils complètent  avant et après, sans les presser, sans surcharge. Deuxième imprévu : dans chacun des deux chemins de motifs alternant en quinconce dans le sens de la verticale, les deux figures qui se suivent et se répètent, l’une plus complexe, l’autre moins, différent dans leur détails de leurs homologues dans le chemin voisin .  A coup sûr le plus imprévisible dans cette soierie c’est le parcours des intervalles, tel qu’il semble résulter de l’ordonnancement des motifs . Mais quand on sait que tout cela est l’affaire d’une absolue continuité du tissage, quand on sait qu’au niveau du jeu des fils, de leurs positions et de leurs valeurs (couleurs/lumière/ matière) les intervalles  sont  à  eux-seuls tout le satin face-chaîne de ce tissu à l’endroit, on doit aussitôt  renoncer à les qualifier de “résultats” de l’ordonnancement de motifs : dans leurs parcours, ils comptent à part égale, au moins autant que les motifs . La  force tissée dans les plus beau tissus est cela : non pas une juxtaposition avec subordination des intervalles aux motifs, mais intégration des uns et des autres et incidences entièrement réciproques Captivant  résultat d’une intégration, la  logique d’un tissu  à décor polychrome tissé est d’abord  rythmes. C’est cette valeur rythmique qu’il faut  prendre en compte. Ici  les rythmes changeants superbes et fascinants de ce damas mouvant, qui sont donnés autant par les parcours en  labyrinthe des intervalles que par l’alternance des motifs.

D) - Expression de ce tissu dans le mouvement du vêtement porté : évidemment c’est po